Infos et réservations au 01 45 65 91 93 canada@tangka.com

Les provinces atlantiques : Nouvelle-Ecosse

Port de Halifax © abdallahh

Port de Halifax © abdallahh

Baptisée Nova Scotia après la conquête anglaise, cette péninsule de 560 km sur 130 prolonge au sud-est le Nouveau-Brunswick (voir lors d’un circuit privatif Canada). Très boisée, cernée de côtes sauvages, elle entretient d’imposants vestiges de la présence française.

Halifax

A 280 km au sud-est de Moncton. Fondée en 1749 par les Anglais pour des raisons militaires – il s’agissait de contrecarrer la forteresse française de Louisbourg –, Halifax occupe toujours une position centrale et stratégique sur la côte Est avec son port, l’un des plus vastes du monde. Reliée à l’Europe par des vols directs, cette capitale, la plus grande ville des provinces atlantiques, est aujourd’hui reconnue pour sa qualité de vie et son université renommée. Halifax a su rénover avec goût son centre-ville, à l’image des Historic Properties. Ces vieux entrepôts portuaires ont été remis à neuf le long d’une promenade en bois face au port. De nombreux cafés, restaurants et boutiques bordent cet ensemble harmonieux réservé aux piétons.

Lieu historique national de la citadelle d’Halifax
Ouvert tlj de début mai à fin juin et de septembre à octobre de 9 h à 17 h (jusqu’à 18 h en juillet et en août). Le reste de l’année, le terrain est accessible mais les services ne sont pas disponibles. Entrée payante. Sur une colline qui surplombe le centre-ville face au port, cette fortification, achevée en 1856, témoigne de l’importance du rôle d’Halifax comme station navale de l’Empire britannique. De 1749 à la fin du xixe siècle, Halifax a été l’une des quatre principales bases navales de l’Empire britannique outre-mer. Avec son fossé défensif, ses remparts, sa galerie de tir, sa poudrière et ses mâts de signalisation, le fort a été un lieu de garnison pour l’armée britannique jusqu’en 1906, et pour les forces canadiennes durant les deux guerres mondiales.

Musée maritime de l’Atlantique
1675 Lower Water St. Ouvert de mai à fin octobre du lundi au samedi de 9 h 30 à 17 h 30 (jusqu’à 20 h le mardi), le dimanche de 9 h 30 à 17 h 30 et à partir de 13 h en mai et octobre. L’hiver, fermeture ½ h plus tôt, sauf le mardi. Fermé le lundi. Entrée payante. Situé en bord de mer, ce musée est le plus ancien et le plus important musée maritime du Canada. Il présente diverses embarcations, du bateau à vapeur au voilier, en passant par le bateau de la Marine royale et celui de la marine marchande du Canada. Sans oublier les convois de la Seconde Guerre mondiale et de nombreux documents sur le naufrage du Titanic.

Le Bluenose II
Invaincu pendant dix-sept ans, le Bluenose, le plus célèbre des navires canadiens, était une goélette de course, construite à Lunenburg en 1921. Il servit aussi pour la pêche à la morue, avant de terminer sa carrière comme transporteur de marchandises dans les Caraïbes et d’être coulé en 1946. Sa réplique, leBluenose II, est sortie des chantiers en 1963 et commémore le souvenir de son illustre prédécesseur. Véritable attraction touristique, il sillonne les ports du monde et ceux de la province. Quand il n’est pas à l’extérieur, on peut pour 20 $ le visiter au port d’Halifax et faire une croisière de deux heures. Signe de son immense popularité à travers le Canada, le Bluenose figure sur la pièce canadienne de 10 cents depuis 1937.

Art Gallery of Nova Scotia
1723 Hollis St. Ouvert tlj de 10 h à 17 h et le jeudi jusqu’à 21 h. Entrée payante. Ce musée moderne, riche d’environ 13 000 objets pour sa collection permanente, expose des œuvres anciennes et plus contemporaines néo-écossaises, canadiennes et internationales, ainsi qu’une très belle collection d’art populaire et d’art inuit. C’est le plus important musée d’art moderne des provinces maritimes.

Pier 21
1055 Marginal Rd. Ouvert de mai à novembre tlj de 9 h 30 à 17 h 30 ; de décembre à mars du mardi au samedi de 10 h à 17 h ; en avril tlj sauf le dimanche. Entrée payante. Désigné point d’entrée officiel au Canada pour les immigrants européens en 1881, le port d’Halifax a accueilli des centaines de milliers d’immigrants. De son inauguration en 1928 jusqu’à sa fermeture en 1971, le Quai 21 a été la porte d’entrée pour plus d’un million d’immigrants. Restauré, ce vaste hall est aujourd’hui un site historique national et propose des expositions interactives, des photographies à la mémoire de ceux qui sont passés par le quai 21. Emouvant.

Aux environs d’Halifax

A 45 km au sud-ouest d’Halifax, Peggy’s Cove est un charmant petit village de pêcheurs, source d’inspiration pour de nombreux peintres. Symbole de ce site sauvage, son phare construit sur un bloc de granit et frappé par les vagues sert encore de bureau de poste l’été. Prisé par les touristes, Peggy’s Cove est aussi un lieu de mémoire pour les familles des victimes du crash du vol Swissair 111, en septembre 1998, dont l’avion s’était abîmé au large des côtes. En continuant vers l’ouest sur 100 km, le long de la côte, il serait dommage de manquer la petite ville de Lunenburg. Créée par les Anglais en 1753, elle abrita 1 453 colons, des protestants germanophones venant d’Allemagne, de Suisse et même de Montbéliard, en vue de contrer la présence française et catholique. Inscrit depuis 1995 au Patrimoine mondial de l’Unesco, le Vieux Lunenburg offre un bon exemple d’un établissement colonial britannique planifié en Amérique du Nord. Il conserve intacts sa structure d’origine obéissant à un plan en damier, ainsi que l’architecture de bois de ses maisons, dont certaines datent du xviie siècle. C’est ici que fut construit le fameux Bluenose. A 11 km vers le nord, Mahone Bay est un ancien repaire de corsaires. Trois églises centenaires, construites côte à côte, et de belles demeures du xviiie siècle se reflètent dans les eaux calmes de la charmante baie.

Lieu historique national de Grand-Pré
A 85 km au nord-ouest d’Halifax. Ouvert de mi-mai à mi-octobre tlj de 9 h à 18 h. Entrée payante. Ce site commémore la région de Grand-Pré en tant que lieu d’établissement des Acadiens de 1682 à 1755 et de leur déportation qui s’est déroulée de 1755 jusqu’en 1762. On visite l’église Saint-Charles, une réplique de celle qui fut brûlée par les Anglais. Une grande salle d’exposition sur l’histoire de Grand-Pré et de la Déportation y est aménagée.

Annapolis royal
A 206 km au sud-ouest d’Halifax. Cette ville historique fut la capitale de la Nouvelle-Ecosse avant la création d’Halifax en 1749. Les beaux jardins de l’époque victorienne, situés aux Historic Gardens,valent amplement le détour (Upper St George St. Ouvert de mai à juin et de septembre à octobre tlj de 9 h à 17 h ; de 8 h au coucher du soleil en juillet et août. Entrée payante). Le Fort Anne, le plus ancien lieu historique national du Canada (St Georges St. Ouvert de mi-mai à fin juin et de septembre à mi-octobre tlj de 9 h à 17 h 30, jusqu’à 18 h en juillet et août. Entrée payante), raconte l’histoire de cette caserne qui fut tenue par les Français avant de tomber aux mains des Britanniques. A 10 km à l’ouest, à la Port Royal Habitation (Ouvert tlj de mi-mai à fin juin et de septembre à mi-octobre de 9 h à 17 h 30 et 18 h en juillet et août. Entrée payante), on trouve une réplique très émouvante du premier campement fortifié établi en Amérique par Samuel de Champlain en 1605, avec à la clé une vue splendide sur la rivière Annapolis.

Pictou
A 165 km au nord d’Halifax. Pictou est un symbole historique, car c’est ici que les Ecossais mirent les pieds en premier en Nouvelle-Ecosse. On peut voir la réplique grandeur nature du Hector, le voilier trois-mâts à bord duquel les premiers colons originaires de Loch Broom, en Ecosse, traversèrent l’Atlantique en 1773, auHector Heritage Quay (Ouvert de mi-mai à mi-octobre du lundi au samedi de 9 h à 17 h, à partir de 12 h le dimanche. En juillet et août, ouvert les mardis, jeudis et vendredis jusqu’à 19 h. Entrée payante). Le centre d’interprétation relate l’immigration écossaise à travers une exposition. En ville, de nombreuses boutiques et galeries d’art sont situées dans des édifices érigés avec les pierres rapportées d’Ecosse par les premiers colons, qui en lestaient les voiliers afin de les stabiliser.

Forteresse de Louisbourg
A 450 km au nord-est d’Halifax. Ouvert de mi-mai à fin juin et de septembre à mi-octobre tlj de 9 h 30 à 17 h, jusqu’à 17 h 30 en juillet et août. Entrée payante. Réputée imprenable, cette ville fortifiée construite au début du xviiie siècle par les Français sur la côte est du Cap-Breton finit par tomber aux mains des Anglais. Démantelée, puis abandonnée, elle fut en partie relevée il y a vingt ans par le gouvernement canadien pour en faire la plus grande reconstruction du genre en Amérique du Nord. Le résultat est stupéfiant avec ses remparts, ses rues et 100 animateurs costumés qui y font revivre les sensations d’un siècle passé. On plonge d’un coup dans une garnison de l’Ancien Régime, avec ses soldats en uniforme, ses notables à perruques, son boulanger fabriquant du pain d’époque. Cette reconstitution digne d’Hollywood se poursuit dans le Bastion du Roi, avec ses appartements pour les différents grades, sa chapelle et même sa prison.

Baddeck
A 350 km au nord-est d’Halifax. Ce charmant village est le point de départ et d’arrivée de la Cabot Trail, l’une des routes panoramiques de la Nouvelle-Ecosse qui forme une boucle de près de 300 km à l’extrémité nord de l’île du Cap-Breton. C’est dans cet endroit de villégiature que l’inventeur Alexander Graham Bell installa sa résidence d’été durant trente ans. Un lieu historique national lui est dédié (Ouvert en mai et de mi-octobre à fin octobre tlj de 9 h à 17 h, jusqu’à 18 h en juin ; de juillet à mi-octobre, à partir de 8 h 30. Entrée payante). Surtout connu comme inventeur du téléphone, Alexander Graham Bell a également été une figure marquante dans le domaine de l’éducation des sourds. Une exposition combinant modèles, reproductions, photographies, relate sa vie et son travail. Le tout sur un terrain de 10 ha qui surplombe le lac Bras d’Or et la baie de Baddeck.

Chéticamp
A 400 km au nord-est d’Halifax. Juste avant l’entrée du parc du Cap-Breton, ce petit port de pêche est le cœur des Acadiens – 3 000 environ – de la région. Difficile de manquer la massive église Saint-Pierre surmontée d’une flèche en argent.

Cape Breton Highlands National Park
A 425 km au nord-est d’Halifax. Centre d’accueil du parc à quelques km au nord de Chéticamp. Ouvert de mi-mai à mi-octobre de 9 h à 17 h ; en juillet et août de 8 h à 20 h. Entrée payante. Il suffit de suivre la Cabot Trail, route en corniche qui en fait le tour, pour découvrir les beautés de cet immense parc aménagé quis’étend sur 950 km2 au sommet du Cap-Breton. Sur une centaine de kilomètres, il s’agit sans conteste de l’un des paysages les plus fascinants du Canada, avec une succession de panoramas à couper le souffle. Grandiose.

Suivez le guide !
La randonnée du Skyline dure trois heures : ce sentier plat aboutit à un promontoire au-dessus de la côte accidentée avec une vue imprenable sur le Cabot Trail. De là, on peut admirer le grand large et observer baleines et oiseaux boréaux.

Baleine – Nouvelle Ecosse, Canada

Sur les routes de l’Ouest

Sur les routes de l’Ouest

245 € - 8 jours / nuits

Un voyage des plus enivrants qui vous amènera à découvrir ce ... Voir le détail

Escapade de charme dans l’Est

Escapade de charme dans l’Est

1485 € TTC - 14 jours / 13 nuits

Nous vous proposons un autotour alliant exploration ... Voir le détail

L’express des rocheuses

L’express des rocheuses

2170 € TTC - 8 jours / 7 nuits

Venez découvrir les perles des Rocheuses Canadiennes ... Voir le détail

Les Merveilles des Rocheuses canadiennes

Les Merveilles des Rocheuses canadiennes

2350 € - 11 jours / 10 nuits

Partez à la conquête des ... Voir le détail

Pin It on Pinterest